Médaille commémorative de la défense de sébastopol - 1854 - 1855

Médaille commémorative de la défense de sébastopol - 1854 - 1855
Historique

Médaille en argent instituée le 26 novembre 1855 (CJ) sous le règne de l'empereur Alexandre II, pour commémorer la défence de Sébastopol par l'armée et la marine (1)(2).

La guerre d'Orient (de Crimée) a comme origine un différent entre les empires russe et turque datant de 1852, et concernant la concession faite à la France et à l'Église catholique romaine par la Sublime Porte. Concession qui consistait en des priviléges spéciaux relatifs à la gestion et à l'accès aux lieux saints de Jérusalemen et de Bethlehem. La longue période de suprématie de la mainmise du clergé orthodoxe grec sur les lieux saints prenait ainsi donc fin, suite aux pressions insistantes de la politique française.

Les demandes impératives russes de revenir au statu quo antérieur, furent rejettées par le gouverenement turque, malgré les fortes pressions diplomatiques russes qui changèrent rien à la situation. Pour l'empereur Nicolas Ier, c'était une situation intolérable, pour lui qui se clamait le défenseur de la foi orthodoxe grec et des opulations orthodoxes des Balkans vivant sous le joug turque. Du reste, la "question d'Orient" restait sans réponse, et les grandes puissances européens redoutaient les conséquences de l'attitude belliqueuse de la Russie à l'encontre de l'empire ottoman.

La situation se précipita rapidement, quand les forces russes envahirent en juillet 1853 la Valachie et la Moldavie. La Turquie déclara la guerre à la Russie en octobre. La Grande-Bretgane et la France entrèrent en guerre au côté des Turcs en mars 1854, rejoint par le royaume de Sardaigne en janvier 1855.

sebastopol

La péninsule de Crimée sur les rives nord de la Mer Noire et la grande base navale russe de Sébastopol (ci-dessus) furent choisis comme les principaux objectifs de l'invasion amphibie contre le Sud de la Russie. Les forces alliées débarquèrent en septembre 1854 à l'ouest de Sébastopol et avancèrent lentement en encerclant la base navale.

De grandes batailles se déroulèrent en Crimée, elles furent nombreuses et sanglantes : Alma, Balaklava, Inkerman, Ternaya... mais le siège et la défense héroïque de Sébastopol, qui dura 349 jours, apporta la mort et la souffrance tants chez les attaquants que les défenseurs. L'année 1855 est marquée par la chute de Sébastopol et la mort de l'empereur Nicolas Ier, auquel succéda son fils Alexandre II. Au début de 1856, des négociations de paix s'ouvrent dans la capitale française et le traité de Paris fut signé le 30 mars 1856.

malakoff sebastopol

Ci-dessus, après l'évacuation des troupes russes de Sébastopol, un poste télégraphie optique de Chappe installé par les Alliés sur les ruines du bastion de Malakoff.

La médaille a été décernée à tous les généraux, officiers, sous-officiers, soldats et marins qui formèrent la garnison de Sébastopol du 13 septembre 1854 au 28 août 1855 (349 jours de siège), mais également, au personnel militaire situé au Nord de Sébastopol, les personnels civils de tous les départements du gouvernement en service dans la cité assiégée et à tous les résidents de Sébastopol qui servirent dans les hôpitaux ou qui participèrent à la défense de la ville (3).

Caractéristiques

Avers : monogrammes cyrilliques des empereurs Nicolas Ier et Alexandre II sommés de couronnes impériales.

Revers : sous l'œil du monde l'inscription cyrillique sur 4 lignes indique : "Du 13 septembre 1854 au 28 août 1855". Une inscription cyrillique circulaire à la périphérie indique : "Pour la défense de Sébastopol".

Pour voir le revers passez le pointeur sur la médaille ci-contre.

Diamètre : 28 mm (1)(2)(4)

Ruban : ordre de Saint-Georges

Notes :

(1) (3) WERLICH (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union. Cette est médaille est évoquée p. 48.
(2) ROMANOV (Prince Dimitri), The orders, medals and history of imperial russia, Viborg, 2000, Balkan Heritage, ISBN 87-981267-4-1, 270 p, pp. 168-169.
(4) KOUZNETZOFF - (Alexandre A), Les ordres et les médailles de la Russie, Édition de l'université de Moscou. Ouvrage russe, 1985, 480 pages, p. 147 et 223.


/ Phaléristique russe / Croix et médailles / Médailles du règnes de Alexandre II /


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006