Médaille commémorative de la guerre d'Orient de 1853-1856 - 1856
(de Crimée) -

Historique

Médaille instituée le 26 août 1856 (CJ) sous le règne de Alexandre II pour commémorer la guerre de 1853-1856 et qui est officiellement connue sous le nom de "médaille de la guerre d'Orient" (1).

Elle a été décernée à un très large nombre de personnel des différents services de l'armée et de la marine ainsi qu'à des civils, ayant activement participé à la guerre contre le Turcs et leurs alliés sur les différents fronts (Baltique, Crimée et Mer Noire, Sibérie) (1).

Caractéristiques

Avers : monogrammes en cyrillique enlacés des empereurs Nicolas Ier et Alexandre II, sommés de couronnes impériales sous l'oeil du monde. En dessous les dates 1853-1854-1855-1856.

Pour voir le revers passez le pointeur sur la médaille ci-contre.

Revers : inscription cyrillique en vieux russe sur 5 lignes, traduisible par : "En Toi Seigneur, nous avons placé notre espérance et nous ne serons jamais humiliés".

Diamètre : 28 mm, des miniatures de 8 à 18 mm existent pour tenue de soirée (3).

Frappe : il y aurait eu 5 frappes différentes de cette médaille (3).

Matériaux utilisés : il existe des modèles en bronze clair (portés avec les rubans soit de Saint-Georges, soit de Saint-André, soit de SAint-Vladimir), en bronze foncé (portés au ruban Sainte-Anne), en laiton (portés également avec saint-André) des miniatures pour tenue de soirée, existent également en or et bronze (3).


Ruban : indique le degré d'implication de son possesseur (1) (2):

Remarques : plus tard, une médaille en bronze claire avec ruban de Saint-André est décernée à toutes les personnes, y compris les serfs, possédant, soit un insigne de distinction de Saint-Georges, soit une médaille pour la défense de Sébastopol ou qui furent blessés en action.

  • Saint-Georges pour les officiers, sous-officiers et soldats des différents corps du Caucase qui participèrent à une action militaire contre les Turcs ; à tous les personnel de la marine ayant servi à la bataille navale de Sinop en novembre 1853 ; aux troupes ayant servi sur le théâtre des opérations asiatiques et aux défenseurs de la forteresse de Petropavlosk-Kamchatka en août 1854).
  • Saint-André pour tous les civils et militaires qui ne reçurent pas la médaille avec ruban de Saint-Georges, mais qui prirent quand même part à une action militaire où qui étaient présents soit sur un territoire déclaré "objectif militaire", soit à un siège ; à tous les rangs de la milice mobile ayant participé directement à une action militaire.
  • Saint-Vladimir pour les militaires et les civils et de tous les départements administratifs n'ayant pas reçu la médaille avec l'un des rubans précédents ; ainsi que tous les hommes du 4e régiments de cavalerie cosaque ukrainienne. Sainte-Anne pour les marchands ayant contribué à l'effort de guerre.

    Notes :

    (1) ROMANOV (Prince Dimitri), The orders, medals and history of imperial russia, Viborg, 2000, Balkan Heritage, ISBN 87-981267-4-1, 270 p, pp. 174-175.
    (2) WERLICH (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union. Cette est médaille est évoquée p. 49.
    (3) KOUZNETZOFF - (Alexandre A), Les ordres et les médailles de la Russie, Édition de l'université de Moscou. Ouvrage russe, 1985, 480 pages, p. 148 et 225.



    / Phaléristique russe / Croix et médailles / Médailles du règnes de Alexandre II


    © Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006