Ordre de Saint-Nicolas-le-Thaumaturge - 1929

Historique

Cet ordre ne fait pas parti des ordres impériaux russes, car créé en émigration en France en juillet 1929 par le grand-duc Cyril Vladimirovitch Romanov alors qu'il se posait comme prétendant au trône de Russie.

Ci-contre, icône orthodoxe russe représentant Saint-Nicolas.

Saint du IVe siècle, il est célèbre pour avoir distribué sa fortune. La légende rapporte qu'il faisait tomber des pièces d'or dans les cheminées pour ne pas être vu. Il aurait ainsi sauvé trois jeunes filles qui devaient être vendues comme esclaves par leur père ruiné. Un de ses miracles fut d'apparaître à l'empereur Constantin pour sauver les têtes de trois officiers condamnés injustement à mort. L'histoire des trois petits enfants découpés dans un saloir et miraculeusement ressuscités, date du Moyen-Age. Il est aussi pour les grecs le saint patron des marins car il a apaisé une tempête. Au XIe les habitants de Myre fuirent devant les envahisseurs turcs et emportèrent son corps à Bari en Italie, où se touvent ses reliques.

L'ordre est institué le 29 juillet 1929 à Paris par le grand-duc Cyril Vladimirovitch Romanov, cousin de Nicolas II qui après la mort de la famille impériale devient légitimement prétendant au trône de Russie.

Cet ordre fut institué pour récompenser les russes en exil qui ont pris part à la première guerre mondiale, et plus exactement de 1914 à 1917.

Cet ordre subdivisé en 2 classes (commandeur et chevalier) pouvait être décernés indistinctement à des militaires (officiers et des soldats), des médecins, des médecins militaires et des civils.

L'ordre n'obtint pas au sein de l'émigration russe, le prestige escompté et ce pour deux raisons :

  • il pouvait être obtenu par tout vétéran russe de la première guerre mondiale;
  • l'insigne devait être acheté par son récipiendaire.

Ci-contre, insigne de chevalier de 2e type à titre militaire. © DR collection particulière.

Caractéristiques du second type à titre militaire

Avers : croix de Malte d'or émaillée de blanc, anglée du griffon d'or des Romanov. Des épées d'or en pal pointe en haut passent sous les griffons. Le médaillon central porte une représentation en buste de Saint-Nicolas

Pour voir le revers passez le pointeur sur la croix gauche.

Revers : croix de Malte d'or qui porte sur le médaillon central, l'inscription suivante en cyrillique : pour la grand guerre mondiale 1914 - 1917.

Diamètre : 35 mm pour le module de chevalier.

Ruban : aux couleurs des Romanov (blanc, orange, noir). Sur le modèle présenté plus haut, le ruban est inversé.

Ci-contre, insigne de chevalier de 2e type à titre militaire, détail de l'avers et du revers. © DR collection particulière.

Caractéristiques du second type à titre militaire pour personnel médical avec aigles en remplacement des griffons

Avers : croix de Malte d'or émaillée de blanc, anglée de l'aigle de l'empire (variante du traditionnel griffon d'or des Romanov). Des épées d'or en pal pointe en haut passent sous les aigles. Le médaillon central porte une croix émaillée de rouge (pour le personnel médical).

Pour voir le revers passez le pointeur sur la croix gauche.

Revers : croix de Malte d'or qui porte sur le médaillon central, les dates 1914 - 1917.

Diamètre : 35 mm pour le module de chevalier.

Ci-contre, insigne de chevalier de 2e type à titre militaire pour personnel médical avec aigles, détail de l'avers et du revers. © DR collection particulière.

Particularités diverses de l'ordre :
  • Les croix de premier type n'était pas émaillée.
  • La première classe (commandeur), d'un module supérieure se porte au cou à un ruban de même.
  • Une version spécifique de l'ordre pouvait être décernée à des non chrétiens suivant la tradition des ordres impériaux russe, mais la représentation du saint était remplacée par le monogramme de Nicolas II, surmonté d'une couronne.
  • A titre militaire, les croix portées des épées d'or en pal pointe en haut, passant sous les griffons.
  • Les médecins et personnels des services de santé portent une croix émaillée de rouge sur l'avers de la croix (à titre civil ou militaire). Son emplacement varie selon les modèles observés, petite croix rouge sur la branche inférieure (vu sur une croix de commandeur en métal doré non émaillée du Ier type pour officier médecin), croix émaillée de rouge sur la croix de Malte, passant sous le médaillon central (vu sur une croix de chevalier en métal doré du 2e type à titre militaire pour le service sanitaire), ou comme ci-dessus, une croix rouge en remplacement du buste du saint.
  • L'ordre est décerné à titre militaire : à un ruban aux couleurs des Romanov (blanc, orange, noir); à titre civil : à un ruban aux couleurs nationales (blanc, bleu, rouge).
  • Des modèles miniatures et des insignes de boutonnière existent.
  • Il existe à Boulogne-Billancourt une petite Chapelle dédiée à Saint-Nicolas-le-Thaumaturge.
  • En Crimée, vers à la fin de la guerre-civile, le général Wrangel, institue un ordre militaire portant le même nom ordre militaire de Saint-Nicolas-le-Thaumaturge en avril 1920.

Sources :


/ Début de page / Phaléristique russe / Croix et médailles /


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006