Médaille commémorative de la campagne de Chine
(révolte des Boxers ) - 1900-1901

Historique

Médaille instituée le 6 mai 1901 (CJ), sous le règne de l'empereur Nicolas II, pour commémorer la campagne en Chine de 1900-1901, et décernée aux forces russes qui y participèrent (1).

La colonisation progessive de la Chine et l'infiltration des "concessions" européennes réveillent le patriotisme chinois. En 1899, le mouvements des "Boxers" dresse le peuple contre les étrangers, alors que l'impératrice mobilise son armée. La réaction xénophobe se manifeste par le massacre des chrétiens (2). Des unités sont envoyés au Nord, occupant la plupart de la Mandchourie, menaçant la ville russe de Blagoveshchensk sur la rivière Amour (1).

Les États européens et le Japon décident d'intervenir (2). Une force multinationale est placée sous le commandement du général allemand von Waldersee (1).

La Russie, qui a 9 000 kilomètres de frontière commune avec la Chine, est vivement intéressée à la pacification rapide du pays (2).

Les Russes mettent sur pied 55 000 hommes sous les ordres de l'amiral Alexéiev. Les opérations débutent par la marche sur Pékin où les Chinois assiègent les légations européennes. Le 13 juin 1900, le groupement Anissimov entre en Chine. Le détachement international de l'amiral Seymour est bloqué à Sigou. Alors que la compagnie Stankevitch se distingue à la prise de Takou, Stessel marche sur Tien-Tsin. Le 26 juin, Chirinski débloque Seymour et le 14 juillet, Stessel avec 2 300 soldats bat les Chinois et s'empare de Tien-Tsin. Après ces opérations préliminaires, la marche sur Pékin reprend et le 14 août, le général Linevitch s'en empare à la tête de 18 000 hommes de la force multinationale (2) (5).

Les contingents russes sont ensuite employés au nettoyage de la province de Petchili. Parallèlement se déroulent les opérations en Mandchourie. A la tête d'un détachement de cavalerie, Rennekampf exécute un raid sur Tsitsikar. En trois semaines, il parcourt 400 kilomètres. Le détachement Orlov opère vers Hailar et Sakharov, après une marche de 663 kilomètres débloque Kharbin assiégée. En Mandchourie du sud, Dombrovski s'empare de Haitchen. Soubbotich prend Moukden, bat les bandes chinoises à Aysandzine et occupe Liaoyang (2).

Cette guerre contre les bandes indisciplinées, manquant de toute valeur militaire, apporte une renommée exagérée à certains généraux qui ne brilleront pas pendant la guerre russo-japonaise. "La guerre rappelait les manœuvres avec un ennemi supposé. Les troupes avaient beaucoup plus à surmonter les difficultés du terrain que la résistance de l'ennemi, presque toujours insignifiante" dira Mikhéiev. La distribution de croix de Saint-Georges et même de récompenses collectives à certains corps de troupe, parut déplacée (2).

La Russie gagna là une victoire facile, qui se traduisit par des gains territoriaux substentiels en Mandchourie, mais qui allaient bientôt dresser la Russie contre le Japon, dans une lutte coloniale concernant la Mandchourie et la Corée. Une indemnité fut également versée par le gouvernement Chionois à la Russie (comme pour les autres pays) (5).

• La médaille en argent (voir en métal blanc (4)) était décernée aux personnels militaires et navals, combattants et non-combattants, y compris les volontaires, les gardes d'ambassade, les prêtres, les personnel médical, les membres de la croix-rouge, les officiels civils rattachée à l'armée envoyée contre les nationalistes chinois ayant participé à la campagne et aux batailles (1).

• La médaille en bronze (clair (5)) était décernée à tous ceux qui étaient présents en Chine ou en Mandchourie, lors de la rebéllion des boxers, mais ne participèrent pas directement au combat.

Le 13 août 1911 (CJ), Nicolas II, fit paraître un décret, indiquant que les personnels blessés au court des engagements en Chine devaient ajouter un ruban perpendiculaire sur le ruban de la médaille, cf. illustration ci-contre à gauche (3).

Caractéristiques

Avers : monogramme de Nicolas II sommé d'une couronne impériale.

Pour voir le revers passez le pointeur sur les médailles.

Revers : Au centre les dates 1900-1901, en bas une ancre avec en sautoir une épée et un fusil, avec en cironférence l'inscription cyrillique "Pour la campagne en Chine".

Diamètre : 27,5 à 28 mm (4)

Ruban : parti des ordres de Saint André et Saint Vladimir

Notes

(1) (3) ROMANOV (Prince Dimitri), The orders, medals and history of imperial russia, Viborg, 2000, Balkan Heritage, ISBN 87-981267-4-1, 270 p, pp.234-235.
(4) KOUZNETZOFF - (Alexandre A), Les ordres et les médailles de la Russie, Édition de l'université de Moscou. Ouvrage russe, 1985, 480 pages, p. 157.
(5) WERLICH (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union. p. 58.
(2) ANDOLENKO (Général CR), Histoire de l'Armée russe, Lagny-sur-Marne, Flammarion, 1967, 476 p., pp 290.


Trourpes russes et deux officiers, pénétrant en Mandchourie en 1900.


/ Début de page / Phaléristique russe / Croix et médailles / Médailles du règne de Nicolas II /


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006