Médaille "Pour la bataille navale de Gangut" - 1714

Historique

Médaille créée sous le règne de Pierre Ier, pour commémorer la première victoire d'une bataille navale qui eut lieu le 27 juillet 1714 (CJ), près du Cap Gangut (Gangout - Hangö) au Sud-ouest de la Finlande.

Ci-contre, avers et ruban de la médaille en argent remise aux soldats embarqués sur les galères ayant participé à l'engagement naval.

La victoire de Poltava en 1709 contre l'armée suèdoise, suivit de l'exil en Turquie du roi Charles XII, laissèrent les mains libres à l'armée russe et Pierre Ier pour sécuriser les terriroires russes du rivage du Golf de Finlance et protéger les approches de la nouvelle capitale Saint-Petersbourg, des incursions suèdoises.

En 1710, le général-amiral Féodor Apraxine et le feld-maréchal Boris Cheremetiev menèrent des opérations militaires victorieuses respectivement en Finlande et dans la province de Livonie.

Il demeurait un obstacle de taille : la puissante marine de guerre suèdoise, qui était composée de modernes puissants navires de ligne et d'une grande variété de vaiseaux de toutes tailles, qui croissait dans le Nord de la mer Baltique sans rencontrer d'opposition. Pierre Ier entreprit le dessein de prendre la Finlande et l'archiple des îles Aland afin de constituer les arrières bases de sa future attaque contre la Suède.


Après les succés des campagnes militaires terrestres russes, la construction navale devint la plus importante des priorités de Pierre Ier. Dès la fin de 1713, les chantiers navales russes arrivent à aligner plusieurs navires de lignes, plus de 200 galères à rames et voiles et une grande variété de gros bateaux, donnant ainsi naissance à la flotte russe de la Baltique.

Fin mai, début juin 1714, une flotte composée de 95 à 99 galères russes et 15 000 hommes, commandées par Féodor Apraxine gagna Helsingfors. Il était accompagné à l'arrière garde par la flotte de l'amiral Pierre Mikhailov composé de 9 vaisseaux de ligne et de 5 frégates. Ces deux flottes se séparèrent devant Helsingfors. Pierre Ier se dirige vers Revel, pendant que l'amiral Apraxine navigue avec le reste de la flotte vers Abo (actuel ville de Turku) où il doit rejoindre un détachement précurseur du prince M.M. Golytsine

Ci-dessus, type de galère à rames et à voiles présente à la bataille de Gangut. Les galères en usage à l'époque de Pierre Ier étaient définies par le nombre de pairs de rame et le nombre d'équipage. Elles avaient en moyenne entre 16 et 18 bancs avec une paire de rame pour 1 à 6 rameurs et comptaient de 10 à 20 marins pour 500 soldats et rameurs, 6 à 8 canons de 6 livres ou des couleuvrines de pont. Avec un armement léger, leurs forces résidaient principalment dans les nombreuses troupes terrestres embarquées à bord, qui faisient la différence leur des abordages. Pour une grande galère à 25 paires de rames, l'équipage est composé de : un capitaine, un lieutenant, un sous-officier, deux autres sous-officiers (un pour chaque bord), un maître cannonier, un compagnon, deux hommes de barre, un prêtre, un prêtre auxilliaire, un médecin, 42 marins et cannoniers (dont un charpentier, un forgeron, un chef de rame, chef d'arme), un chef d'abordage avec 15O soldats, 150 soldats d'infanterie et de grenadiers, 250 rameurs.

Cependant près de la péninsule de Gangut, l'escadre suèdoise (15 vaisseaux de ligne, 3 frégates et 11 autres navires) du vice-amiral Gustav Wattrang (Vatrang) barre la route aux navires d'Apraxine. Si la flotte russe d'Apraxine pouvait être considérablement renforcée grâce aux forces navales de Pierre Ier à Revel. Une épidémie de peste eclata parmis les équipages de Pierre, rendant impossible la jonction des deux flottes. Apraxine devait compter sur ses seules forces.

Pierre part rejoindre Apraxine à Tvarminne, sur la cote est de la péninsule de Gangut (Hango), où Apraxine à concentrer sa flotte de 95 à 99 galères. Dès son arrivée, Pierre ordonne et organise le transport par voie de terre de plusieurs galères à travers l'isthme étrait de la péninsule de Gangout, afin de prendre à revers la flotte suèdoise.

Aprenant cela, le vice-amiral Wattrand décide d'envoyer une petite unité de 1O navires (dont une frégate), sous le commandement du contre-amiral Ehrenskjöld (Ehrenskold - Erensheld) vers l'endroit où les galères doivent être remises à l'eau. De plus, il détache également de sa flotte principale un second détachement (8 navires de lignes et 2 croisseurs) sous les ordre du vice-amiral Lillie pour aller attaquer les gallères russes qui sont devant Tvarminne.

Le calme presque complet ralenti la progression de la flotte suèdoise et Pierre va profiter de l'occasion. Le 26 juillet au matin, l'avant garde de la flotte russe (20 galères) sous les ordres du commandant-capitaine M. Kh Zmaevich plus 15 galères de soutien, longe la cote de la péninsule de Gangut en passant devant le gros de la flotte suèdoise de Wattrang qui est immobile au large, contourne la peninsule et bloque au fond du fjord le détachement de l'amiral Ehrenskjöld.

Wattrang n'a plus le choix et fait remorquer ses navires à voiles vers la haute mer afin de rejoindre le détachement de Lillie. Il ne peut pas venir en aide au détachement de l'amiral Ehrenskjöld, qui avait pris une position défensive à l'extrémité du fjord de Rilak (Rilax).

Le 27 juillet 1714, sous le commandement de Pierre Ier, 23 manœuvrières galères russes se précipitent à l'assaut des navires suèdois bloqués. Si Ehrenskjöld pouvait compter sur sa supérité de puissance de feu (102 canons suèdois contre 23, pour les russes), il ne put rien faire contre la force et le nombre des galères russes (cf. ci-dessus, la gravure montrant l'engament naval final). Après trois heures de bataille et trois assauts successifs, la toute naissante marine russe remporte sa première grande victoire navale.


Le contre-amiral Ehrenskjöld et sa frégate de 18 canons, L'Éléphant, 9 autres vaisseaux, ainsi que plus d'un millier d'officiers et de marins furent capturés. Les navires suèdois furent emmenés en grande pompe à Saint-Petersbourg le 9 septembre 1714 (Ci-contre, gravure de Zoubov, montrant l'arrivée des navires suèdois capturés à SAint-Petersbourg).

Pour Pierre Ier, il ne s'agissait pas seulement du triomphe d'un jour, mais également la justification des lourds investissements et efforts que la Russie avait consenti pour se doter d'une marine de guerre puissante.

La médaille était décernée "à chacun selon son grade", en or pour les officiers portée à une chaine de même ou au ruban de Saint-André (différents diamètres exisent en fonction du grade du récipiendaire, les médailles et leurs chaine étant exprimées en nombre de rouble or utilisé pour leur réalisation), en argent pour les marins et les soldats et sous-officiers embarqués à bord des galères durant la bataille, également portée au ruban de Saint-André.

Depuis cette bataille, une grosse unité de la marine de guerre russe portera toujours ens ouvenir le nom de Gangut. A l'occasion du 200e annivesaire de cette bataille, une nouvelle médaille commémorative en 1914, sera frappée en s'inpirant grandement du modèle suivant.

L'étude cette médaille est l'une des plus difficile qui soit, vu le nombre important de variante ayant vue le jour entre 1715 et 1717.


Caractéristiques

Avers pour Soldat: buste en cuirasse de Pierre Ier jeune face à droite, portant des lauriers, avec en circonférence l'inscription cyrillique : "Tsar Pierre Alexeïevitch souverain de toutes les Russies". Ci-contre, avers de la médaille en argent remise aux soldats embarqués sur les galères ayant participé à l'engagement naval.

Pour voir le revers passez le pointeur sur la médaille ci-contre.

Revers pour Soldat : scène de la bataille navale avec à la pérphérie une inscription cyrillique tarduisible par : «consécration et fidélité surpassent la force », et en abîme la date 27 juillet 1714.

Avers pour Marin : idem, mais l'inscription ne comporte pas le mot "souverain"

Revers pour Marin : idem, mais il manque une lettre dans le premier mot de l'inscrition.

Matériaux Diamètre Récpiendaire Port Remarque Quantité
Argent 40-41 mm soldat ruban frappe type soldat 3 143
Argent 40-41 mm marin ruban frappe type marin
Argent 43-44 mm sous-officiers ruban nc 357
Or 100 roubles nc chaine dont 30 roubles pour la chaine 3
Or 70 roubles nc chaine en comptant la chaine 5
Or 45 roubles brigadier chaine en comptant la chaine 5
Or 30 roubles colonnel petite chaine sur ruban nc 117
Or 15 roubles major petite chaine sur ruban nc
Or 11roubles capitaine petite chaine sur ruban nc
Or 7 roubles lieutenant ruban nc

Port : à une chaine en or (pour les officiers) au ruban de l'ordre de Saint-André avec une petite chaine pour les autres officers (sauf les lieutenants), au ruban de l'ordre de Saint-André pour tous les autres.

Remarques sur les frappes: les modèles en or sont de facture plus fines que celle en argent, à priori selon le type "soldat".

Remarques sur les chaines: en dehors de ce qui est iindiqué dans ce tableau, il y aurait également eu des chaines en or de réaliséess : 11 chaines de 25 roubles chacunes, 21 chaines de 20 roubles chacunes, et 40 chaines de 15 roubles chacunes.

Estimation : 130 officiers furent décorés de la médaille en or, 3 284 soldats et marins de la médaille en argent.

Notes

- Kouznetsoff (A.A), Les ordres et les médailles de la Russie, Édition de l'université de Moscou. Ouvrage russe, 1985, p 135, illustration p. 166.
- Romanov (Prince Dimitri), The orders, medals and history of imperial russia, Viborg, 2000, Balkan Heritage, ISBN 87-981267-4-1, 270 p, pp. 72-73.
- Werlich (Robert), Russian orders, decorations and medals, p 30.
- Michanov (ouvrage collectif sous la direction de Valentin), La Flotte de l'Empire de Russie, 300e anniversaire de la fondation, 1996, ISBN 2-908878-79-8, 288 p., pp; 46-48.


/ Phaléristique russe / Croix et médailles / Médailles du règnes de Pierre Ier /


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006