Les armes d'honneur,

puis de Saint-Georges

Les officielles "armes de Saint-Georges"

Armes pour "haut fait méritant"

Les armes de récompense ne pouvaient pas "être décerné à une personne comme une autre simple décoration pour mérite, à moins que son exploit dans la bataille ne fut d'une nature véritablement exceptionnelle".

Un inventaire de tels exploits est pour la première fois intégré dans les statuts, et notamment pour l'armée de terre cela concerne : "la capture et la conservation d'un point stratégique des positions ennemies jusqu'à la fin de la bataille ; l'exemple dans le maniement des armes blanches à une unité non inférieure à la compagnie ; le fait de risquer sa vie en sauver le drapeau ou en le ramenant de captivité ; la destruction d'un pont flottant ennemi au péril de sa vie, etc.".

Il existe également une point qui répond à l'avènement de l'aérostatique militaire. Une arme de Saint-Georges peut-être décernée à une personne qui "pendant une sortie en vol, pénètre dans les positions ennemies au péril de sa vie, fait une reconnaissance des dites positions, ramène à temps des informations d'importances capitales qui permettent d'escompter une issue favorablement améliorée lors du développement des opérations à venir".

Une section spécial des statuts traite de la marine. Un officier naval ou un amiral peut être décoré de cette récompense : "s'il repousse une attaque d'un sous-marin ennemi ; s'il commande une action de l'avant ou l'arrière garde, alors qu'il soutient la pression d'une force ennemi supérieure ; s'il pose un champs de mines sur les arrières de l'ennemi, mettant par la même en péril sa propre sécurité ; et d'autres cas similaires".

Un amendement des statuts stipule que "celui qui a rempli un acte de courage digne de l'obtention d'une arme de Saint-Georges, mais qui n'a pu l'exploiter à fond pour raison d'infirmité causée par une blessure" peut malgré tout obtenir une arme de Saint-Georges (1).

Notes

(1) DUROV (Valery), The orders of Russia, Moscou, 1993, "Voskresnie", ISBN 5-88528-019-3, 160 p., pp. 85-86.



© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006