Marques d'honneur rattachées à
l'ordre de Saint-Georges

Médaille de Chemulpo - 1904

Historique

Cette médaille commémorative en argent a été instituée sous le règne de l'empereur Nicolas II, entre le 5 juin 1904 (0) et le 10 juillet en 1904 (Prikaz n° 134) , pour recompenser tous les marins, sous-officiers et officiers survivants, du croiseur Varïag (Le Varègue) et de la canonnière Koréièts (Le Coréen) ayant participés à l'engagement naval du 27 janvier / 5 février 1904 (première bataille navale contre les bâtiments japonais de la guerre de 1904-1905) lors de leurs sorties du port coréen de Chemulpo (Inchon) (1) (2).




Bloqués dans le port coréen de Chemulpo (Inchon), les deux navires tentèrent une sortie et à dix milles du port, le Varïag et le Koréièts engagèrent le combat contre la flotte ennemi numériquement supérieur comprenant 6 navires de guerres (Akashi, Asama, Chiyoda, Naniwa, Niitaka, Takachito, ) et 3 torpilleurs. Dans ce combat le croiseur subit de sérieux dommages ; son commandant fut griévement blessé. Le conseil des officiers prit la décision de couler le bâtiment, ainsi que de faire sauter la cannonière, plutôt que de voir leurs navires capturés. Les équipages furent recueillis par le croiseur français Pascal, le croiseur anglais Talbot, le croiseur italien Elba et la cannonière américaine Wickburg. En passant par des pays neutres, les marins survivants revinrent en Russie (6).

L'empereur en personne, ainsi que les grands-ducs Alexis, Vladimir, Nicolas et Pierre étaient présents le 29 avril 1904 à l'arrivée du train rapatriant les survivants des deux navires à la gare Nicolas de Saint-Petersbourg. Plusieurs prises d'armes et remises de décorations intervirent pendant leur séjour à Saint-Petersbourg. A titre indicatif, tous les matelots reçurent l'insigne de distinction de l'ordre militaire de Saint-Georges de 4e classe et les officiers, la 4e classe de l'ordre (3). Ainsi, le commandant du Koréièts reçut la 4e classe de l'ordre de Saint-Georges le 23 février 1904 "En recompense pour la conduite héroïque du croiseur de 1er rang Varïag et de la cannonière Koréièts au cours de l'engagement avec des forces ennemies bien supérieures en nombre et en armement au large de Tchémoulpo le 27 janvier 1904" (3bis) . Idem, pour l'officier du pont supérieur du Varïag, Nicolas Ivanovitch Tchernilovski-Sokol (3ter).

Caractéristiques de la médaille

Avers : miniature de la croix de Saint-Georges suspendue au ruban de l'ordre, entourée de branches de laurier ainsi qu'une inscription en cyrillique à la périphérie, traduisible par : "Pour le combat du Varïag et du Koréièts - le 27 janvier 1904 à Chemulpo".

Pour voir le revers passez le pointeur sur la médaille ci-contre.

Revers : profils des deux bâtiments proue à doite placés sous une croix latine. Sur certaine frappe, notamment celle en bronze que possède le National Maritime Museum à Londres, on aperçoit au loin devant la cannonière Koréièts (Le Coréen), les 6 navires de lignes japonais.

Diamètre : 30 mm

Ruban : il s'agit de la seule médaille dont le ruban reprend les couleurs du pavillon de guerre de la marine impériale russe, à savoir la croix de Saint-André bleue sur fond blanc (3). Il semble qu'il existe plusieurs variantes de ce ruban.

Remarques : ous les auteurs cités n'indiquent que l'existance d'une médaille frappée en argent, or le National Maritime Museum à Londres, possède une médaille de même module et de frappe très fine en bronze (cf. ci-contre). Alors, médaille en argent pour les officiers et médaille en bronze pour les sous-officiers et marins ? La question est posée.

Frappe : au moment de l'engagement, les deux navires comptent au maximum 800 hommes d'équipage, après la bataille, les Russes déplorent 32 morts et 191 blessés. En étant optimiste, cette médaille auraiit pu être frappée à 770 exemplaires.

La guerre russo-japonaise - A Saint-Petersbourg - Le Tzar félicite les Marins du "Varïag" et du "Koréièts".

Depuis Odessa, où ils avaient débarqué, les équipages du Varyag et du Koreietz, les navires qui se sont si brillement illustrés devan Chemulpo, ont été accueillis sur tout leur parcours par des ovations enthousiastes. Une réception grandiose les attendait à Saint-Petersbourg où le Tzar avait tenu à les féliciter lui-même. C'est de sa main que officiers et marins ont été décorés de la croix de Saint-Georges, en même temps que, pour mieux leur témoigner tout sa satisfaction, il leur annonçait qu'il leur était accordé une gratification de la valeur de dix-huit mois de solde à la mer.

Source collection particulière : illustration et commentaire p. 126 du journal "Le Petit Parisien" du dimanche 17 avril 1904.

Ci-contre, croiseur de Ire classe à pont blindé Varïag, construit en 1899-1901 par les chantiers Cramp à Philadelphie (entre 6 500 et 7 000 tonneaux - 25 nœuds - 12 canons de 152, 12 de 75 mm, 10 canons de calibres inférieurs - 6 tubes - 550 marins et sous-officiers - 20 officiers (4), voire jusqu'à 600 hommes d'équipage au total (5)) . Il est rattaché à la première escadre du Pacifique en 1902, et commandé par la capitaine de vaiseau Vsevolod Fiodorovitch Roudnev (Rudnev) (1855-1913) (5).

Ci-contre, cannonière Koréièts (lancée entre 1886 et 1888 - 1334 tonneaux - 13 nœuds - 2 canons de 203 mm - 1 de 152 mm - 1 tube - 168 marins et sous-officiers et 11 officiers (4) voire jusqu'à 200 hommes d'équipage au total (5)) . Elle est commandée par la capitaine de Ier rang (capitaine de frégate) Grigori Pavlovitch Bélïaév.
Notes

(0) Romanov (Prince Dimitri), The orders, medals and history of imperial russia, Viborg, 2000, Balkan Heritage, ISBN 87-981267-4-1, 270 p, pp.238-239.
(1) (5) (6)- MichanovI (Valentin), ouvrage collectif sous la direction de, La Flotte de l'Empire de Russie, 300e anniversaire de la fondation, Romain Pages Editions, Sommières, septembre 1996, ISBN 2-908878-79-8, 289 p, pp 254-255.
(2) - Werlich (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union, Quaker Press, Washington, D.C., 1981, 2eme édition, 160 p, pp. 58-59.
(3) Romanovsky (Pascal de), La marine impériale russe à la veille de la guerre 1914-1918, Paris, 1987, 139 p., p. 75 et p. 81.
(3bis) Plottto (Alexandre), Au service du pavillon de Saint-André, dans la Marine Impériale Russe - Biographies d'amiraux de la Marine Impériale Russe rédigées d'après les documents d'archives collationnés par Alexandre E. Ioffé, avec la collaboration de Gérard Gorokhoff & Jacques Ferrand, Paris, 1998, ISBN : 2-9514044-0-9, p 512, 273.
(3ter) Plotto (Alexandre), Au service du pavillon de Saint-André, dans la Marine Impériale Russe - Biographies d'amiraux de la Marine Impériale Russe rédigées d'après les documents d'archives collationnés par Alexandre E. Ioffé, avec la collaboration de Gérard Gorokhoff & Jacques Ferrand, Paris, 1998, ISBN : 2-9514044-0-9, p 512, p. 378 et 379.
(4) Borodin A.V., From the history of Russia'S Pacific Fleet, Site : www.fegi.ru/prim/flot/flot1_9.htm.
(5) Térestchenko (Lieutenant Serge) (Alias Dmitri Novik), La guerre navale russo-japonnaise, Traduit du russe par la Capitaine de Frégate H. Pelles-Desforges, Préface du vice-amiral Kedrov (ancien commandant en chef de l'escadre russe de la Mer Noire, actuellement président de l'association navale russe des anciens combattants, Paris, Payot (Bibliothèque Historique), 1931, 528 pages, 35 croquis et 39 illustrations.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006