Médaille "Pour Bravoure", puis
"de Saint-Georges"

Médaille de Saint-Georges

Première récipiendaire

Au tout début de la première guerre mondiale, à l'automne 1914, l'infirmière Henriette Sorokina, faite prisonnière par les Allemands "réussie à cacher sur sa personne" et à sauver le drapeau du 6e régiment d'infanterie Libava. Cet acte lui valut en novembre 1914 la médaille de Saint-Georges de 4e classe. Le commandement jugeant l'acte des plus héroïque, décida de lui attribuer également les trois premières classes de l'ordre. Ses médailles de 1re et 2e classe portent comme numéro d'attribution, le n°1 (1).

Ci-dessous brochette de l'emsemble des 4 classes de la médaille de Saint-Georges, 1re et 2e classe en or, 3e et 4e classe en argent, les Ire et 3e classe portant un nœud de ruban perpendiculaire en plus. © NBK

Notes

(1) JACQUIJ (Philippe), Décorations impériales russes, croix et médailles de Saint-Georges, in Armes-Militaria-Informations (A.M.I.), n°6, février 1990, pp 57-59, p. 57.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006