Ordre de Saint-Georges pour officiers

Création de l'ordre

La légende de Saint-Georges

Il semble que Georges soit un saint totalement légendaire, dont l'existence est déjà contestée au début du Ve siècle.

Icône russe du début du XVIIe, intitulée : Le miracle de Georges sur le serpent. © Musée d'État russe de l'histoire des religions - Photographe L.B. Bogdanov.

La légende fait de lui un officier romain, prétendument né en Cappadoce, traversant un jour une contrée terrorisée (probablement en Lybie près de la ville de Selena (1)) par la présence d'un dragon / serpent.

A l'instar de certains monstres mythologiques, ce dragon réclame son lot quotidien de deux jeunes gens désignés par le sort.

Lorsque Georges passe dans cette contrée, il rencontre la fille cadette du roi désignée ce jour-là par le sort, envoyée dans le marai, habillée d'une robe nuptiale. Avec l’aide du Christ, Georges triomphe du dragon.

La Légende Dorée raconte qu’il épouse la princesse et que le dragon, après avoir guéri de ses blessures, lui devient dévoué comme un chien fidèle. Après quoi, Saint-Georges dit aux gens de ne plus être effrayés et il les convertit au christianisme.

Georges, une fois converti à la foi chrétienne tomba sous le coup d'un édit anti-chrétien émit par l'empereur romain païen Dioclétien. Il mourra victime des persécutions de Dioclétien (comme tant d’autres, puisque l’Eglise a fait de cet homme le persécuteur de la plupart de ses saints…).

Après avoir été brûlé, ébouillanté, écrasé sous une roue, il survivra et il faudra se résoudre à le décapiter le 23 avril 303 en Nicomédie. Il devint un martyre de l'église chrétienne et fut prétendument enterré en Palestine.

Notes

(1) WERLICH (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union, Quaker Press, Washington, D.C., 1981, 2eme édition, 160 p., pp 12-13.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006