Ordre de Saint-Georges pour officiers

Les récipiendaires dans l'ordre

Seulement quatre chevaliers sont décorés de toutes les classes

Dans toute l'histoire militaire tant navale que terrestre de la Russie, on ne compte que quatre chevaliers ayant été titulaires des quatre classes, il s'agit du :

prince Golenitseff
- Koutouzov - Smolensky

Il reçut la 4e classe des mains de Catherine II dès 1774, après avoir perdu un œil au cours de la bataille d'Aloucha (en Crimée) contre les Turcs.

Il reçut la 3e classe après avoir contribué à la prise d'Izmaïl par Souvorov (1791).

Il reçut la 2e classe, quelques mois plus tard, après sa victoire de Matchine (comme lieutenant de Repnine).

Il reçut la 1re classe de l'ordre à la fin de l'année 1812, quelques semaines avant sa mort (0).

ci-contre portrait du prince avec lecordon et la plaque de l'ordre de Saint-Georges de Ire classe.

prince M.B. Barclay de Tolly

Un des protagonistes des guerres de l'époqe napoléonienne.

Ci-contre portrait du prince avec la plaque de l'ordre de Saint-Georges.

prince I.F. Varchavski, comte Paskievitch-Erivansky
comte Ivan Ivanovitch Dibitch-Zabalkansky

(1785-1831), d'origine prusienne (Johann Karl Friedrich Anton Diedbitsch), fils d'un ancien aide de camp de Fédéric II de Prusse passé au service de la Russie.

Il entra au service de la Russie en 1801, participa en sous-ordre aux guerres de 1805-1807 et de 1812-1813, avant de devenir l'un des plus proches collaborateurs d'Alexandre Ier. En 1825, il dirigea l'arrestation des Décembistes, puis commanda l'armée russe dans les Balkans lors de la guerre de 1828-1829. En 1831, il réprima l'insurrection polonaise, avant de mourir du choléra.

Notes

(1) In Serge Nabokov, Sophie de Lastours, Koutouzov, le vainqueur de Napoléon, Paris, Albin Michel, 1990, pp 54, 65, 67, cité par Tatiana Gontcharova, Le plus glorieux des ordres russes la croix de Saint-Georges, La Phalère n°2 n°2, pp 40-42.
(2) In Tatiana Gontcharova, Le plus glorieux des ordres russes la croix de Saint-Georges, La Phalère n°2 n°2, p 44.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006