Insignes de distinctions et croix de l'ordre militaire de Saint-Georges de Russie pour les sous-officiers, soldats et marins

Survivances "blanche" 1917-1920 et "soviètique" des croix de l'ordre de Saint-Georges

Période de la guerre civile 1 / 2

Des croix de Saint-Georges furent fabriquées "officiellement" pendant la guerre civile pour le compte des armées blanches, surtout dans l'armée du Don et les forces armées du Sud de la Russie. Leur facture était plus ou moins réussie, les matériaux utilisés étaient variés (certaines croix furent réalisées, en aluminium, en plomb). Étant décernées par des états-majors et des chefs de guerre indépendants les uns des autres, aucun système fiable d'enregistrement d'attribution de numéro de croix ne vit le jour (1). L'allure générale de la croix de Saint-Georges (avers et revers) était respectée malgré quelques inscriptions supplémentaires.

Ci-contre, croix de la bravore de l'Ataman Semionov. Modèle de 4e classe frappé en aluminium identique à la croix de Saint-Georges mais possédant les caractéristiques suivantes : un soleil gravé sur la branche supérieure, les lettres O-M-O sur les autres branches signifiant "Osobii Mandehurski Otrjad" (détachement spéciale de Mandchourie). Le revers porte un matricule (ici le 1556). Cette croix est portée au ruban de Saint-Georges.

Notes

(1) JACQUIJ (Philippe), "Décorations impériales russes, croix et médailles de Saint-Georges", in Armes-Militaria-Informations (A.M.I.), n°6, février 1990, pp 57-59, illustration p. 57.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006