Uniformologie et insignologie rattachées à l'ordre de Saint-Georges

Marques de distinction vestimentaire dans la marine

A la veille de 1914, les bonnets de matelot et d'officiers mariniers de la marine de guerre se composaient d'une coiffe (partie haute sur laquelle était fixée une cocarde) et d'un bandeau. Autour du bandeau était fixé un long ruban d'affection du propriétaire. Sur chaque ruban figurait en lettres dorées soit le nom d'un navire, soit une affectation particulière (Équipage de la Garde, Escadre Baltique...), une ancre était fixée à chacune des extrémités du ruban qui pendait dans le dos.

L'une des deux sortes de ruban était aux couleurs de l'ordre de Saint-Georges pour tous les personnels de la mer Noire (afin de récompenser l'action de la marine en mer Noire au XVIIIe siècle) (1). De plus les matelots de 4 bâtiments de la mer Baltique avaient le droit de porter le ruban de Saint-Georges, il s'agissait du cuirassé Pamiat Azowa et de 3 navires dont les hommes provenaient des Équipages de la Garde : les croiseurs Variag, Oleg, et le contre Torpilleurs Oussourietz (2)
.
Notes

(1) MICHANOV (ouvrage collectif sous la direction de Valentin), La Flotte de l'Empire de Russie, 300e anniversaire de la fondation, Romain Pages Editions, Sommières, septembre 1996, ISBN 2-908878-79-8, 289 p. p. 239.

(2) ROMANOVSKY (Pascal de), La marine impériale russe à la veille de la guerre 1914-1918, Paris, 1987, 139 p., pp. 72-73 et illustration p. 34.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006