Vexillologie rattachée à l'ordre de Saint-Georges
(drapeau - étendard - pavillon)

Étoffe des drapeaux et étandards de Saint-Georges

L'étoffe (polotnistché) d'un drapeau ou étandard était en tissu de soie.

Lors d'un jubilé d'un régiment, on pouvait ajouter directement sur les soies du drapeau ou de l'étendard un morceau de ruban de Saint-Georges, portant le texte de la distinction, comme ce fut le cas en 1912, pour l'étendard de Saint-Georges modèle 1900 du 17e dragons Nijegorodski (1).

Ainsi, les drapeaux décorés, portaient inscrites l'inscription de la campagne ou du fait d'armes, pour lesquels la Croix de Saint-Georges a été accordée au drapeau du régiment ; telles que :

Pour la prise, le 2 juin 1807, à Friedland, d'un drapeau.
Pour la prise d'assaut de Varsovie 25 et 26 Août 1831.
Pour la pacification de la Transylvanie en 1849.
Pour Sébastopol en 1854 et 1855.
Pour le franchissement des Balkans en décembre 1877., etc. ...

Ces inscriptions, dans le modèle 1897 étaient placées le long des quatre bords. Dans le modèle 1900, l''inscription du fait d'armes était faite sur un ruban aux couleurs, de l'ordre de Saint-Georges, placé sous l'image sainte d'une des faces (2) (3).

Ci-dessus, étandard modèle 1900 du 13e Régiments de Dragons décoré de l'ordre de Saint-Georges, du général comte Minine. Image trouvée et retravaillée dans le livre L'histoire du Drapeau russe.
Notes

(1) ZWEGUINTOW (Wladimir), Drapeaux et étandards de l'armée russe et pavillons de marine - XVIes 1914, Paris, 1964,.tome 1, textes et légendes en russe et français, p. 86 ; tome 2, illsustrations et légendes en russe et français, 123 p., illustration pl.104.

(2) ANDOLENKO (Commandant), Les drapeaux de la guerre 1914-1918, (pris, perdus, sauvés), 1945, Stuttgart, 225 p.

(3) DEGTIAREV (Alexandre), L'histoire du Drapeau russe, musée de Drapeau russe, Paris, 1997, ISBN : 5-7524-0017-6, p 144, p. 95 et p. 102.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006