Ordre de Saint-Vladimir

Historique et évolution de l’ordre

Existence d'une pension

Dès la fondation de l'ordre par Catherine II, un fond annuel de 24 000 roubles est prévu pour pensionner les chevaliers les plus anciens pour chaque degré de l’ordre (environ 6 000 roubles alloués à chaque classe)(1). Il fallait se trouvant dans le besoin et avoir déposé une demande dans ce sens (2). Ces sommes sont assez généreuses au regard des critères du XVIIIe siècle. Les seniors de la première classe touchaient 600 roubles par an, sans tenir compte de leurs revenus réguliers, 300 roubles pour une seconde classe, 200 et 100 roubles pour la 3e et 4e classe de l'ordre (3). Après le décès d’un chevalier « pensionné », sa veuve contenait à recevoir sa pension pendant une année.

Détail d'un portrait effectué par le peintre Dmitry Levitzky de l'impératrice Catherine II - la législatrice dans le temple de la justice, 1783 © Musée Russe de Saint-Petersbourg. Elle porte en sautoir le cordon de l'ordre de Saint-Vladimir, ainsi que le collier de l'ordre de Saint-André.

Notes

(1) In Russian Orders XVII - XIXe s., Moscou, 1991
(2) In WERLICH (Robert), Russian orders, decorations and medals, including those of Imperial Russia ; the Provisional Government, the Civil War et the Soviet Union, Quaker Press, Washington, D.C., 1981, 2e édition, 160 p, p. 13.
(3) In DUROV (Valery), The orders of Russia, Moscou, 1993, "Voskresnie", ISBN 5-88528-019-3, 160 p, p 97.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006