Ordre de Sainte-Anne

Historique et évolution de l’ordre

Admissions et pensions dans l'ordre

L'obtention des différentes classes de l'ordre, était subordonnée à la position occupée par le prétendant. Par exemple, pour obtenir la 3e classe de l'ordre, le présupposé devait occuper au moins depuis 12 ans, un grade ou une fonction égal ou supérieur au Xe degré de la Table des rangs (1).

Ci-contre, un diplomate russe Alexis Krougloff, au début du XXe siècle. Il est récipiendaire de l'ordre de Sainte-Anne, de 3e classe sur la poitrine et de la 2e classe en sautoir. © DR.

Les chevaliers de 1re classe payent un droit d'admission dans l'ordre d'un montant de 150 roubles, ceux de 2e classe s'acquittent de 35 roubles, de 20 roubles et 10 roubles pour ceux des 3e et 4e classe. Lorsqu'un récipiendaire déjà décoré d'une classe recevait la même classe avec épées, il devait s'acquitter d'un montant supplémentaire équivalent à la moitié de la somme qu'il avait déjà versé.

Si l'insigne était décerné avec diamants ou couronnes, ainsi qu'à un étranger, aucune somme n'était demandée. Ce qui fut également vrai après 1904, si l'insigne était décerné avec épées.

Un chevalier dans le besoin pouvait obtenir une pension ainsi calculée : de 200 à 350 roubles par an pour le première classe, de 120 à 150 roubles pour la seconde classe, de 90 à 100 roubles pour la troisième classe et de 40 à 50 roubles pour la quatrième classe (2).

Notes

(1) Tararushkin (ouvrage collectif sous la direction de E.N.), Familles de la noblesse de l'empire russe, Tome 1, Saint-Petersbourg, 1993,, p 77.
(2) In R. Werlich, Russian orders, decorations..., p. 16.


© Nicolas Botta-Kouznetzoff 1997 - 2006